LIEN DES HABITANTS PRÉSENTS ET ANCIENS DU MAS DE FONTCOUVERTE EN UZÈGE

21 avril 2018

Rapport complémentaire du Conseil Syndical en vue de l'AG du 22 avril

Une réunion du Conseil syndical avec le Syndic a eu lieu le 19 avril, nous en donnons les points les plus saillants:

La réunion avec le Syndic a permis de réviser les comptes (année 2017-2018)  et notamment de proposer une présentation de l’exercice 2017/18 et des prévisions 2018/19 qui s’assurent de remettre certaines écritures dans l’exercice correspondant.

Par exemple sortir les 600 euros Notaire/géomètre du réel 2017-18 car il s’agit d’une réserve et la somme n’a pas été dépensée dans cet exercice.
Par exemple réaffectation par rapport à nouveau du budget travaux de l’entreprise Ledoux (1906,80 euros) en réserve, puisqu’il est prévu d'être réalisé au cours de l’exercice suivant.
Par exemple rajouter l’appel exceptionnel de 1000 euros dans  la colonne prévisions 2017-18 et modifier le total des prévisions de cette colonne en remplaçant 9548,64 euros par 10548,64 euros.
 
Le Conseil syndical suggère de réaliser à propos des prévisions 2018/19 une simulation des charges sur l’année pour chaque lot. Cette simulation serait disponible au début de l'AG.
  
Le Conseil syndical recommande un délais plus long entre la fin de l’exercice (31 mars) et l’assemblée générale (en mai) ou bien si on souhaite conserver l’AG pendant les vacances scolaires d’avril de passer à une fin d’exercice au 28 février. En fait le délai est trop court entre le 31 mars et le 22 avril. Ce délai trop court a pour effet d'avoir trop d’écritures prévues sur l’exercice réalisé, mais traitées effectivement en dehors de sa période sur l’exercice suivant. 
  
Le Conseil syndical recommande une gestion du compte « eau de ville » plus réactive afin de ne pas avoir de chèques de remboursement hors exercice. Si ce n’était pas possible, il faudrait envisager des provisions sur consommation d’eau.

 

Autres points hors réunion:
 
Par ailleurs le Conseil syndical est allé sur place pour s’informer sur la Décision 15 concernant une Étude sur un aménagement de l’entrée de l’aire.
Il considère qu’un élargissement du ponceau est possible pour faciliter les manoeuvres à l'entrée de la copropriété.
 
Le Conseil syndical serait favorable à faire intervenir un géologue dans le but d’anticiper et de préparer les décisions sur le dispositif d’assainissement à moderniser selon les normes en vigueur et dans le but aussi d’obtenir une estimation plus précise de son coût et de sa programmation à moyen terme.
Le Conseil syndical remercie les travailleurs bénévoles de tous âges qui ont travaillé sur la copropriété et encourage les autres volontaires à préciser les dates de leurs présences à Fontcouverte.
 
Le Conseil syndical vous souhaite une excellente AG

Posté par TIMKIT à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 avril 2018

Qu'est ce qu'un arbre dangereux ?

Quels arbres faut-il couper à Fontcouverte ?

Le cas du grand pin qui traversait la route nationale, d'un fossé à l'autre, sans que cela pose problème à quiconque pendant 40 ans fait partie de l'histoire. Sa célébrité dans la région  le fit prendre en photo éditée en cartes postales. 

FC-pin-entrée-CPA                                                                                                                                                                                                Aujourd'hui les grands pins qui lui ressemblent, mais qui ont mis plus de temps à pousser agrémentent le bord de la copropriété. Leurs branches sont beaucoup moins hardies.  Elles ne forment pas une voute comme à Montaren où les platanes des deux côtés de la route enlacent leurs branches.

Pins-bord-de-route Comme on le voit ces pins qui encadrent le portail sont vifs. Ni l'un ni l'autre n'est fatigué au point de se reposer sur les piliers de la cloture. Ils ne touchent pas la maçonnerie, comme on voudrait nous le faire croire.

Pins-parasols-cloture Il y a toujours un espace, pour l'un comme l'autre des deux pins, entre le tronc et la maçonnerie. Ils font l'identité de Fontcouverte. Coupons plutôt les arbres morts. Il y en a plusieurs dans le parc...  faciles à couper par des bénévoles.

P1120033

Par exemple trois conifères sont très mals en point. Le plus grand au centre est le plus touché. Il est vraiment mort. Pourquoi ne pas abattre celui du milieu pour laisser une chance à ses voisins ?

Attention, il y a EXPERTS et EXPERT... Un expert en élagage connait bien les techniques pour abattre les arbres, c'est son métier. Il peut couper des arbres morts, mais aussi des arbres vifs si on lui passe commande. Mais il  y a aussi des Experts arboricoles, dont le métier n'est pas d'abattre des arbres, mais de connaître leurs maladies, leurs traitements, leurs fins de vie, leur dangerosité. On peut s'interroger sur l'avis d'un professionnel dont le métier est d'abattre des arbres, qui s'aventure dans le domaine des Experts arboricoles, et vice versa. On peut aussi s'interroger sur un professionnel qui prescrit l'abattage d'un arbre et fournit un devis pour avoir l'affaire...

Experts en arboriculture: http://www.arboriste-conseil.com/arboriste-conseil-activites.html. ou  https://www.happe-arboriste.com/

Plusieurs décisions pourraient guider les travailleurs bénévoles du parc:

- Veiller à ce que dans une bande de trois mètres le long de la cloture les jeunes arbres poussés spontanément soient déterrés (jeunes pousses de chênes, érables, pins, etc..) on peut laisser les arbustes qui ne dépassent pas 2m en taille adulte (arbousiers, grenadiers, troenes, lauriers, etc...)

- Transplanter les jeunes arbres dans une pépinière proche du potager, afin de disposer d'arbres de rechange pour remplacer les arbres morts.

 

 

Posté par TIMKIT à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2018

Rapport d'activité du CS en vue de l'AG du 22 avril

Chers copropriétaires,
Votre Conseil syndical vous fait part de son rapport d’activité. Nous avons prévu de rencontrer le syndic dans la semaine qui précède l’AG et de vérifier ses comptes comme la loi nous y engage afin que nous puissions vous en faire le rapport en début d’AG. Bonnes vacances pour ceux qui en prennent. 
À bientôt pour la prochaine AG.
Hélène, Jean-Charles, Michel

FC-entrée-porche-1911  Entrée côté route, 19 avril 1911 - veille du mariage de Marie Boniol, héritière des Évesque de Font-couverte avec Paul Carayon de Vabres 

Rapport d’activité du Conseil syndical (29 octobre 2017 - avril 2018)

Le Conseil syndical a fonctionné en répondant à la mission qui lui avait été confiée par l’Assemblée générale du 29 octobre 2017 en rédigeant le règlement du conseil syndical en vue de l'ajouter au Règlement intérieure la copropriété. ( Ce travail fait l’objet des décisions 10a, 10b, 10c de l’Ordre du jour). Il a prévu un tableau pour faciliter les travaux bénévoles. Il a ajouté à l’ordre du jour la décision 15 pour mieux aménager, embellir et délimiter l’entrée de la copropriété sur l’aire. Il a émis des remarques sur certains points mis à l’ordre du jour par le Syndic notamment sur l’abattage des conifères dangereux pour la sécurité des personnes et des biens. Il a des propositions sur la mise aux normes de la fosse septique.

Il a fait des communiqués aux copropriétaires le 14 février (cliquer sur le lien: http://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2018/02/14/36306516.html ) et le 22 mars - Les numéros d'articles ci-dessous correspondent à l’Ordre du Jour diffusé par le Syndic le 30 mars à 19h30 par courriel.
 
1 - Le Conseil syndical mandaté par l’Assemblée générale du 29 octobre 2017 a préparé un texte de Règlement et fonctionnement du conseil syndical à intégrer, après approbation, au règlement intérieur de la copropriété. Il a répondu aux questionnements d’Amenda. On en trouvera les textes dans les projets de décisions 10a, 10b, 10c.
Que la proposition de David concernant la « non institution du Conseil syndical » qui est pourtant institué depuis 3 ans, soit votée ou non (décision 9); il n’en demeure pas moins que le jour où il faudra mettre en place un Conseil syndical le texte sera prêt et qu’il ne sera pas utile de tout recommencer. 
 
2 - Le Conseil syndical a préparé un tableau des disponibilités et des préférences en vue des travaux bénévoles qui ont été votés ou qui le seraient. Ce calendrier appelé « tableau des prévisions » peut-être visionné sur le blog « Vive Fontcouverte » par le lienhttp://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2018/03/22/36254276.htmlchacun peut écrire un commentaire qui sera ensuite intégré au tableau (mis à jour avec infos parvenues avant le 8 avril)
 
3 - Le Conseil syndical fait des remarques sur certains points mis à l’ordre du jour par le Syndic.
Point 12 A et B : La question de l’abattage des conifères dangereux dans la cour (très proches des bâtiments et des toitures): angle nord du lot 7 et angle ouest du lot 10 nous semble plus prioritaire que les arbres morts du fond du parc. ( cette remarque a été prise à la majorité du CS, mais pas à l’unanimité)
Point 12 D et E: Dispose-t-on d’un état avant travaux des chenaux qui débordent ? ( Etat des lieux). Est ce que les opérations envisagées apparaîtront séparément sur le devis ? 
Inventaire des dégâts imputables à la sécheresse (non seulement les murs mais aussi les toitures) pour une déclaration globale de la copropriété en Mairie et à l’Assurance.
 
4 - Le Conseil syndical a rajouté le point 15 : « Lancement d’une étude sur l’aménagement de l’entrée sur l’aire, avec élargissement maîtrisé du ponceau pour améliorer le passage et permettre les manoeuvres du camion à ordures, matérialisation éventuelle d’une entrée/sortie, re-végétalisation notamment pour cacher les containers poubelles et servir de clôture en tant que de besoin. » Cette étude pourra être réalisée en concertation et proposer des variantes. Il sera souhaitable de choisir un pilote du projet., une partie pourra être traitée en travaux bénévoles.

 5 - Le Conseil syndical a des propositions sur la mise aux normes de la fosse septique. Il les communiquera dans son rapport complémentaire à l’AG 

FC-pin-entrée-CPA Pendant 40 ans le pin parasol a surplombé la route dans toute sa largeur et procuré de l'ombre aux camions de passage.

 

Posté par TIMKIT à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2018

LES TRAVAUX BÉNÉVOLES À FONTCOUVERTE, SAISON PRINTEMPS-ÉTÉ 2018

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL SYNDICAL DU 22/03/18

Tableau actualisé au 8 avril: voir plus bas.

Organisation des travaux bénévoles à Fontcouverte

Exposé des motifs:

Par le passé, et encore l’an dernier des travaux bénévoles ont pu être organisés dans la joie et la bonne humeur.

Ces travaux n’ont pas pour seule fonction de faire baisser le montant des charges de copropriété en évitant de faire appel à des enterprises, quoique ce soit déjà un argument non négligeable.

Ils permettent aussi de renforcer les liens entre résidents permanents et vacanciers tant dans des activités communes en profitant de l’expérience et du savoir faire des plus expérimentés, mais aussi de prévoir des pauses petites ou grandes, théatrales, musicales, ludiques afin de travailler dans la bonne humeur.

L’an dernier après le vidage-nettoyage des bassins d’agrément et d’irrigation, un concert dinatoire fut organisé au fond du grand bassin réunissant une bonne vingtaine de travailleurs bénévoles petits et grands. Ce fut une expérience magique !

Nous recommencerons en 2018. L’AG d’octobre 2017 en a décidé ainsi et a énuméré un certain nombre de travaux possibles et souhaitables. Il ne manque plus qu’à  mettre en correspondance les dates disponibles des uns et des autres avec les travaux envisagés.

Pour celà il est nécessaire d’échanger sur les dates où les bénévoles prévoient d’être disponibles.

Juste-avant-02

Les périodes et les jours les plus favorables pour des travaux bénévoles à FC

A - LES VACANCES SCOLAIRES ET JOURS FÉRIÉS D’AVRIL MAI

-semaine 14 – avril 1 – 8 (lundi 2 de Pâques)

-semaine 15 – avril 8 -15 (Zone A)

-semaine 16 – avril 15-22 (Zones A & C)

-semaine 17 – avril 22-29 (Zones B & C)

-semaine 18 – avril 29-mai 6 (Zones C & O) (mardi 1er mai)

-semaine 19 – mai 6 – 13 -(Zone O) (mardi 8 mai et jeudi 10 mai Ascension)

-semaine 20 – mai 13-20 

-semaine 21 – mai  20-27 (lundi  21 de Pentecôte) 

B - LES DISPONIBILITÉS PENDANT LES MOIS D’ÉTÉ:

 - LE MOIS DE JUIN, certains jours des semaines 23 - 24 – 25 - 26

  - LE MOIS DE JUILLET certains jours des semaines 27 – 28 – 29 - 30

  - LE MOIS D’AOUT certains jours des semaines 31 – 32 – 33 – 34 - 35

  - LE MOIS DE SEPTEMBRE certains jours des semaines 36 – 37 – 38 – 39

Comment procéder ?

Pour permettre  le plus d’opportunités possibles de rencontres de bénévoles, il est probable qu’il soit nécessaire d’accorder une attention particulière aux dates de ceux qui ne viendront à Fontcouverte que quelques jours. Afin de déterminer les convergences possibles il est nécessaire que chacun indique ses prévisions à partir d’un tableau qu’on pourra retrouver sur le blog. Ceux qui ne participent pas aux travaux peuvent aussi participer et contribuer aux réjouissances.

Hélène: 06 13 08 52 86 - Jean-Charles: 06 81 48 37 27 - Michel: 06 77 90 79 79

Tableau des prévisions actualisé au 8 avril (ci-dessous)

Tableau-Previsions-TrBene-2018

Inscrire ses prévisions dans les commentaires pour quele tableau puisse être complété.

Posté par TIMKIT à 17:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 mars 2018

HORAIRES DES BUS D'AVIGNON À FONTCOUVERTE & DE FONTCOUVERTE À ALÈS & VICEVERSA

D'AVIGNON, GARE ROUTIÈRE-PEM À CROISEMENT DE BEZUC ET À ALÈS-GARE ROUTIÈRE 

Avignon-Uzes-Baron-Ales cliquer sur l'horaire pour l'agrandir

Départs du château de FC vers Alès: 7h07/7h35 - 7h54/8h20 - 10h04/10h30 - 12h59/13h25 - 18h04/18h35 - 18h59/19h25*  (venant d'Avignon soulignés) 

Départs d'Avignon Gare routière -PEM, pour Château de FC: 6h40/7h54 - 8h45/10h04 - 11h40/12h59 - 16h30/18h07 - 17h35/18h59

Départs d'Uzès pour Château de FC: 6h50/7h07 - 17h45/18h07 - 18h40/18h59

Ales-Baron-Bezuc-Avignon cliquer sur l'horaire pour l'agrandir

Départs du château de FC vers Uzès et Gare routière d'Avignon: 7h16/7h35/8h40 - 8h21/8h46/9h45 - 12h46/13h05/14h10 - 16h51/17h15/18h20 - 18h06/18h30/19h40 - (correspondance) ; seulement vers Uzès:18h41/19h00

L'horaire d'Uzès est en gras (lire les notes pour plus de précisions)

Bon voyage !

Votre Conseil syndical

Posté par TIMKIT à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 février 2018

Communiqué du Conseil Syndical aux copropriétaires du 14 février 18

Plus de deux mois avant l'Assemblée Générale du 22 avril,  le Conseil Syndical informe les copropriétaires de ses réflexions, de son rôle et de l'organisation des travaux.

Monsieur le syndic, chers copropriétaires de la copropriété de Font-couverte

Le Conseil Syndical s’est concerté pour vous informer des quatre premiers points à vous communiquer en vue de la préparation de l’AGO du 22 avril 2018. Il étudiera tous les autres point qui pourraient lui être soumis par un ou plusieurs copropriétaires ou par le Syndic.
 
Dans ces quatre premiers points deux sont relatifs au fonctionnement du Conseil Syndical et à sa place dans la copropriété de Fontcouverte. D’une part le point 4 rappelle la loi et précise 3 décisions prises lors de la dernière AGE du 29 octobre. 
D’autre part le point 1 rappelle la composition du Conseil Syndical, telle qu’elle a déjà été annoncée lors de l’AGE du 29 octobre.
 
Par ailleurs le Conseil Syndical propose un projet de décision (point 2) concernant son règlement particulier: la composition du CS, la durée du mandat des titulaires et du suppléant, les modalités d’une démission et sa règle de majorité. 
En plus de ce projet de décision il faudra prévoir un article de l’AGO sur les élections des candidats au Conseil Syndical (3 titulaires et 1 suppléant), puisque la fin des mandats en cours arrive à échéance en avril 2018.
 
Enfin le Conseil Syndical proposera le plus rapidement possible une organisation des travaux bénévoles (point 3) en lien avec des rencontres conviviales, comme par exemple cela avait été improvisé à Pentecôte 2017 pour le nettoyage du « bassin d'irrigation », la tonte des pelouses et autres,… 
 
A bientôt pour recevoir vos demandes, remarques et suggestions.
 
Votre Conseil Syndical de Fontcouverte
 
Hélène :  06 13 08 52 86   -   Jean-Charles: 06 81 48 37 27 - Michel: 06 77 90 79 79
<helene.carayon@nouvelexterieur.com>,<jean-charles.bessou@wanadoo.fr>, <michel@demondenard.net>
 
Les quatre premiers points:

1 - Conformément à ce qui a été annoncé par Jean-Charles BESSOU à l’AGE du 29 OCOBRE 2017, il démissionne de la présidence du Conseil Syndical pour raisons familiales et c’est Michel de MONDENARD qui remplit cette fonction. Hélène CARAYON GEORGIS a confirmé son maintien comme membre du Conseil syndical, lors de la même AGE.

2 - Le Conseil syndical avait étudié la question de son règlement particulier à Font-couverte avant l’AGE du 29 octobre 2017. Il propose la décision suivante à l’AGO du 22 avril 2018:
 
Le Conseil syndical de la copropriété de Fontcouverte est composé de trois membres élus pour trois ans et d’un suppléant également élu pour trois ans (jusqu’en avril 2021). Le syndic, son conjoint, son partenaire pacsé, ses ascendants, descendants et préposés ou employés ne peuvent en faire partie.  En cas de démission, ou d’empêchement le suppléant prend la place laissée disponible afin de ne pas bloquer le fonctionnement avec seulement deux élus. 
En cas de démission, celle-ci doit être notifiée au syndic par LR, mais n’est effective qu’après un préavis de 2 mois après la date de réception de la LR pour permettre éventuellement la convocation d’une AGO avec élection complémentaire au Conseil syndical.
La règle de la majorité s’applique pour les décisions du Conseil syndical ( à 2 contre un et de préférence à l’unanimité)
 
3 - Le Conseil syndical de Fontcouverte propose une organisation des travaux bénévoles en lien avec des rencontres conviviales. Il en communiquera prochainement les modalités (voir la page sur les Travaux Bénévoles à Fontcouverte)

4 - PRÉSENTATION DU RÔLE DU CONSEIL SYNDICAL

(AVEC ÉCRIT EN MAJUSCULES, LES PRÉCISIONS CONCERNANT LA COPROPRIÉTÉ DE FONT-COUVERTE)

Le conseil syndical : un relais entre les copropriétaires et le syndic

Dans chaque copropriété se trouve, en principe, un conseil syndical constitué de plusieurs copropriétaires désignés par l'assemblée générale. Son rôle est non seulement consultatif, mais réellement actif, car il doit assister le syndic, contrôler sa gestion, et lui donner son avis sur toutes les questions concernant la copropriété. C'est aussi un relais entre les copropriétaires et le syndic.

Quel est le rôle du conseil syndical ?

Le conseil syndical assiste le syndic

Le conseil syndical a pour mission de donner son avis au syndic sur toute question concernant le syndicat des copropriétaires. Le conseil syndical peut alerter le syndic en cas de dégâts ou d'incidents constatés dans les immeubles. Le syndic a donc tout intérêt à solliciter cette coopération qui va lui permettre d'avoir une action plus efficace.

Ainsi, le conseil syndical assiste le syndic en particulier  :

  • Pour préparer l'assemblée générale : la coopération avec le syndic s'impose pour la préparation de l'assemblée générale puisque le syndic est tenu d'en préparer l'ordre du jour avec le conseil syndical à l'occasion d'une réunion préparatoire ;( pour la copro de Fontcouverte, par courriels)
  • Pour les travaux ou les marchés dont le montant dépasse un seuil fixé par l'assemblée générale : le syndic doit obligatoirement demander l'avis du conseil syndical. L'assemblée générale est en effet chargée d'arrêter un montant de marchés et de contrats à partir duquel la consultation du conseil syndical est obligatoire. Cette décision doit être prise à la majorité des voix de tous les copropriétaires ;
  • Lorsque des travaux sont à réaliser d'urgence : le conseil syndical donne son avis au syndic pour qu'ensuite celui-ci fasse procéder de sa propre initiative, c'est-à-dire sans délibération préalable de l'assemblée, aux réparations nécessaires à la sauvegarde de l’immeuble.
  • A FONTCOUVERTE, DÉCISIONS 8 & 9 DE L’AGE DU 29 OCTOBRE 2017 : LORS DE TRAVAUX,…. LE SYNDIC DOIT OBLIGATOIREMENT SOLLICITER LE CONSEIL SYNDICAL LORSQUE LE MONTANT DÉPASSE 500€. 

Le conseil syndical contrôle la gestion du syndic

C'est une des tâches principales du conseil syndical. Il exerce un contrôle sur la comptabilité, la répartition des dépenses et les conditions dans lesquelles sont passés et traités les marchés et tous les contrats. Il contrôle également l'élaboration du budget prévisionnel dont il suit l'exécution.

Pour cela, le conseil syndical dispose de moyens d'investigation et peut se faire communiquer toutes pièces, documents et registres se rapportant à la gestion du syndic et, d'une manière générale, à l'administration de la copropriété.

Il peut vérifier la bonne exécution de toutes les missions dont est chargé le syndic. Ce qui lui permet ensuite d'informer les copropriétaires. Il vérifie, par exemple si les travaux entrepris sont réalisés conformément à ce qui a été décidé en assemblée générale.

Le conseil syndical peut demander la convocation d'une assemblée générale

Le conseil syndical peut décider de convoquer une assemblée générale et mettre en demeure le syndic de convoquer cette assemblée en lui précisant les questions à porter à l'ordre du jour. Le syndic est alors tenu de la convoquer. S'il ne le fait pas dans les huit jours de la mise en demeure, c'est le président du conseil syndical qui se charge de convoquer lui-même l'assemblée.

Le conseil syndical peut prendre des initiatives

Le conseil syndical bénéficie d'un important pouvoir d'initiative puisqu'il peut s'exprimer sur les questions les plus diverses, aussi bien sur les décisions à prendre que sur la façon dont les décisions ont été exécutées.

L'assemblée générale peut également lui confier d'autres missions ou délégations dans la limite de ses attributions. Elle peut par exemple lui confier l'étude de devis pour des travaux qui sont envisagés et le choix de l'entreprise la plus intéressante.

Le conseil syndical rend compte chaque année de sa mission

Le conseil syndical doit rendre compte de sa mission chaque année devant l'assemblée générale des copropriétaires. Ceux-ci en reçoivent le compte rendu auparavant, avec la convocation à l'assemblée générale. A cette occasion, le conseil syndical donne son avis à l'ensemble des copropriétaires sur le contrôle et le bilan qu'il a dressé de la mission du syndic, et aussi sur les questions soumises à l'assemblée générale. Cela permet aux copropriétaires de voter les décisions en bonne connaissance de cause.

Le conseil syndical remplit donc une fonction prépondérante.

Comment fonctionne le conseil syndical ?

C'est le règlement de copropriété qui détermine les règles de fonctionnement du conseil syndical : il fixe le nombre de représentants qui doivent y siéger, les modalités de convocation et de tenue des réunions, les règles de majorité, etc.

LE CONSEIL SYNDICAL EN EXERCICE, PROPOSERA DES RÈGLES DE FONCTIONNEMENT À L’AGO d’AVRIL 2018 TIRÉES DE SON EXPÉRIENCE DE 2016-2017 (cf Article 11 de l’AGE du 29 octobre 2017)

A défaut de précisions figurant dans le règlement de copropriété, c'est l'assemblée générale des copropriétaires qui peut fixer ces règles de fonctionnement et d'organisation du conseil syndical, ou décider de les modifier.

Toutefois, le conseil syndical ne se substitue ni au syndic ni à l'assemblée générale, et les décisions qu'il prend n'obligent pas le syndic, contrairement à celles de l'assemblée générale. Il peut à tout moment, après en avoir avisé le syndic, demander à consulter toutes pièces ou documents, factures, correspondances ou registres se rapportant à la gestion du syndic et à l'administration de la copropriété, ou en demander copie.

Qui reçoit les documents destinés au conseil syndical ?

Selon qu'il s'agit de documents à adresser d'office au syndic ou au contraire adressés à la demande du conseil syndical, les modalités de transmissions des documents à adresser au conseil syndical sont les suivantes :

  • quand des document doivent être communiqués au conseil syndical, ceux-ci sont à adresser au président du conseil syndical, ou à défaut de président désigné, le document est à adresser à chacun des membres du conseil syndical ;
  • quand les documents sont adressés au conseil syndical à sa demande, ceux-ci doivent être adressés par le syndic à chacun des membres du conseil syndical.

Qui prend en charge les frais engagés par le conseil syndical ? 

Pour l'exécution de sa mission, le conseil syndical peut prendre conseil auprès de toute personne de son choix, ou encore demander un avis technique à un professionnel.

Les frais exposés par le conseil syndical et les honoraires des professionnels qu'il est amené à consulter entrent dans le cadre du budget d'administration courante, et sont donc être réglés par le syndic au nom du syndicat des copropriétaires.

Les membres du conseil syndical perçoivent-ils une rémunération ? 

Les fonctions exercées par le président et les membres du conseil syndical ne donnent pas lieu à rémunération. Toutefois, s'ils engagent des frais pour exercer leur mission, ceux-ci sont remboursés.

Comment est désigné le conseil syndical ?

La nomination d'un conseil syndical est en principe obligatoire, sauf si l'assemblée générale y renonce. Les membres du conseil syndical sont élus par les copropriétaires lors de l'assemblée générale de copropriété. L'élection se fait à la majorité des voix de tous les copropriétaires (la majorité de l'article 25 de la loi du 10 juillet 1965).

Les membres du conseil syndical sont nommés pour une durée maximale de trois ans. Les conseillers syndicaux peuvent cependant être réélus. Chaque membre est donc éligible autant de fois qu'il se présente pour un nouveau mandat.

DERNIÈRE ÉLECTION À FONT-COUVERTE: AGO d' AVRIL 2015, PROCHAINE ÉLECTION : AGO d' AVRIL 2018 - MANDATS DE 3 ANS ( cf art. 2 du CR AGE du 29 oct. 2017)

Exceptionnellement, l'assemblée générale peut décider de ne pas nommer de conseil syndical, à condition que cette décision soit votée à la majorité de tous les copropriétaires représentant au moins les deux tiers des voix.

Une fois nommés, les membres du conseil syndical peuvent décider de ne pas aller au terme de leur mandat et démissionner en renonçant à leur fonction par lettre recommandée avec demande d'avis de réception adressée au syndic. Corrélativement, l'assemblée générale, statuant à la majorité des voix et de tous les copropriétaires, peut décider au cours du mandat, de révoquer l'un des membres du conseil syndical.

Qui peut être membre du conseil syndical ?

Tout copropriétaire peut proposer sa candidature, qu'il soit propriétaire en pleine propriété ou nu-propriétaire du bien. Mais l'usufruitier, le conjoint du copropriétaire, son partenaire pacsé, ou encore son représentant légal ne peuvent se porter candidats au conseil syndical.

En revanche, le syndic, son conjoint, son partenaire pacsé, ses ascendants, descendants et préposés ou employés, ne peuvent pas faire partie du conseil syndical, et ce, même s'ils sont propriétaires d'un lot dans l'immeuble.

Comment est nommé le président du conseil syndical ?

Le président est désigné au sein des membres conseil syndical, une fois ce conseil constitué. Ce sont les membres du conseil syndical qui l'élisent lors de leur première réunion. Cependant, le conseil syndical peut décider de ne pas nommer de président du conseil.

Posté par TIMKIT à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2017

Rapport d'activité du Conseil syndical, (avril-octobre 2017)

Le conseil syndical est une institution récente à Fontcouverte. Le conseil syndical actuel qui a pris ses fonctions après l’AGO d'avril admet qu’il aurait pu faire beaucoup mieux. Cependant l’enseignement tiré de l’expérience des mois précédents nous permet de proposer des améliorations qui serviront au fonctionnement du futur conseil syndical. 

Bassin-irrigation-57

ACTIVITÉ DU CS D'AVRIL À OCTOBRE

Le conseil syndical a organisé une réunion de lancement le 26 mai  (Hélène, Jean-Charles, Michel). Il a pris en compte les questions pendantes, notamment après l’AGO du 15 avril 2017:

-       nettoyage du grand bassin d’irrigation par des bénévoles

-       questions sur la tondeuse, son assurance et celle de son conducteur; en lien avec l’augmentation du tarif d’assurance GAN ( point 4 du PV en supplément )

-       Troisieme pilier du chais à bois (point 3 du PV en supplément)

-       Communication du CS par news letter et création d’un blog “ViveFontcouverte”

-       Future fosse septique et saturation

http://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2017/05/30/35336458.html

Il a traité la question des cables d’antenne et de l’antenne:

http://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2017/05/31/35337276.html

La question de la pompe de la source n°2

http://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2017/06/26/35749581.html

La réorganisation du CS à la suite du retrait partiel d’Hélène: présidence par Jean-Charles

http://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2017/07/08/35462751.html

Information sur le débouchage des réseaux des eaux usées du mas.

http://vivefontcouverte.canalblog.com/archives/2017/09/24/35705319.html

jet-d-eau-751

LISTE DES TRAVAUX À PRÉVOIR DANS LA COPRO À COURT ET MOYEN TERME

Liste de travaux: Le Conseil syndical a établi une liste de travaux sans préjuger du recours à une entreprise ou de l’intervention de bénévoles. Il s’agira d’approfondir chaque point avant de s’orienter vers une solution ou une autre.

Les travaux sont classés par  sécurité des personnes, sécurité des biens , obligations légales, entretien,…

Les travaux de même nature sont regroupés afin de prévoir des économies, qu'il s'agisse d'interventions d’artisans (déplacements) ou travaux réalisés par des bénévoles: matériaux moins chers selon les quantités.

Sécurité des personnes:

- La poutre intérieure du chais à bois.  Demander conseil à un architecte (en activité ou bénévole) sur une solution technique. (faut-il obligatoirement remplacer la poutre ? Faut-il la consolider sans la remplacer ? ). Établir un cahier des charges soit pour une entreprise, soit pour une équipe de bénévoles.

- Le pin surplombant la route (en aval du 2e portail du parc): élagage par entreprise ou par bénévole. Le recours à une entreprise semble incontournable en raison du trafic routier.

- Abattages d’arbres morts susceptibles de tomber soudainement : bénévoles

- Portique agrès-balançoire  ( définir un projet de réparation éventuel ou de remplacement)

Chateau-99

Obligations légales:

- Fosses septiques , assainissement: anticiper – ( voir avec architecte payant ou bénévole)

Sécurité des biens:

Les enduits et réparations de maçonnerie:

-       enduits des murs d’enceinte (éventuellement éviter le basculement du muret le long du délaissé de route en continuant à remplir l'ancien fossé de pierres)

-       enduits du tombeau

-       enduits des sous-bassements lots 7, 8, autres ?

-       réparation génoise côté chais à bois  + consolidation et enduits mur extérieur

-       réparation mur séparatif avec Rome, enduits sur les parpaings pour des raisons esthétiques.

Expertise des toits: garantie décénale: 2022 ? voir architecte (Philippe ?)

Enfouissement du cable électrique de la source n° 2, tranchée (éventuellement profiter de la pelleteuse de Ledoux-Cazalet lors des travaux de forage).

Chenaux (par entreprise) chenaux lots 7, 8, 13 (plainte locataires), autres ?  - Descente: lot 7 reliée au pluvial

Lister les chenaux et descentes concernés à reprendre pour une seule intervention groupée.

Grand-bassin-747

Grand bassin d’irrigation : verification de l’évolution des fissures (mesures des fissures par bénévoles); étanchéité par entreprise ou par bénévoles  ? à l’époque du vidage (vers WE Ascension)

Ponçage grilles et portails métalliques: Peinture antirouille (bénévolat ?)

Portes d’accès au LOT 12  Réparation et peinture des portes de la salle des compteurs et de la paillère (bénévolat ?)

S’il s’agit de déplacer la porte de la paillère devenue partie commune  (entreprise de maçonnerie ?)

Travaux d’entretien du parc : (bénévolat)

Nettoyage du Grand bassin et du “jet d’eau”.  (lors du WE de l'Ascension ou ?)

Tontes  avec débroussailleuse

Ramassage des feuilles

Entretien des fossés et des talus côté délaissé-de-route et côté nord, Fau rotative à fil, curage des fossés.

MÉTHODE POUR DÉFINIR LES TRAVAUX EN AMONT

Pilliers-770

Le CS propose dans le cas d’un appel à une enterprise, que le cahier des charges soit préalablement défini par un architecte (en activité ou bénévole,..) quitte à ce que l’entreprise propose une autre approche.

Dans le cas d’intervenants bénévoles:

-       Définition de périodes de travaux possibles: Grand WE et vacances scolaires.

-       Désignation d’un(e) volontaire responsable d'un chantier

-       Il (elle) prévoit l’achat du materiel nécessaire dans le cadre du budget en relation avec le syndic.

-       Il (elle) communique une date des travaux en sollicitant d’autres bénévoles pour cette date selon l’importance du chantier.

-       Prévoir en fin de chantier une fête des bénévoles.

LES AVIS DU CS SUR L'ORDRE DU JOUR DE L'AG DU 29 OCTOBRE

Sur l’article 2 – Le Conseil Syndical souhaite que les renouvellements ultérieurs des membres du Conseil syndical aient lieu lors de l’AGO d'avril, c’est à dire en même temps que le changement de syndic.

Comme le syndic et sa famille ne peuvent pas être élus au CS, ceux-ci sont bloqués sur deux exercices. Ce qui limite le nombre de personnes éligibles. Ainsi les élections de cette AGE pourraient prévoir un mandat jusqu’en avril 2018 ou avril 2019.

President-CS-2

Sur l'Article 3 - Le Conseil syndical à l'iunanimité estime, contrairement à la position du syndic, qu'il faut procéder à un vote de l'AG sur l'approbation du PV des décisions votées, parce qu'il contient des informations en plus des décisions. Il n'exige pas sa lecture, mais exige un vote.

Sur l'Article 4 – Travaux légers

Le conseil syndical n’est pas convaincu de la solution proposée pour la sécurisation de la source 2. Une simple plaque avec 4 trous pour 4 boulons et écrous est suffisante. Voir sur place.

Sécurisation puits n°4, voir sur place - 

Achat extincteur, vérifier prix et modèles.

Sur l'Article 5 – Le conseil syndical préfère classer les travaux par nature de risque avant de décider ce qui peut être fait par des entreprises ou par des bénévoles. Il y a dans la copropriété des compétences au moins égales  à celles d'entreprises. Par ailleurs le CS préfère regrouper les travaux par corps de métier.

Sur l'article 6 –  Le CS conseille l’entreprise Ledoux Cazalet, cependant il serait préférable de commencer par vider la fosse septique et de voir ensuite l’effet avant d'entreprendreles travaux.

Article 7, 8, 9  - se souvenir que nous sommes une petite copropriété.

Article 10 : Rajouter au carnet d’entretien les travaux réalisés:

-       Changement de boitier électronique de gestion de la pompe n°2 - Entreprise Ruiz, aout 2015.

-       Changement des poutres de soutien en façade du chais à bois- Bénévoles, été 2017.

-       Changement de la pompe source n°2 – Gard Pompes et bénévoles, juin 2017

Article 11  – Elections de 3 titulaires et d’au moins un suppléant (prévu par la loi). En cas de démission préavis de 6 mois.

Avant de l’inscrire au réglement intérieur, laisser les membres du CS tester le mode de fonctionnement  le plus adapté à la copropriété de Fontcouverte.

Points à rajouter:

- Demander le contrat d’assurance de la tondeuse-débroussailleuse

- Demander à pouvoir se débarasser de l’ancienne débroussailleuse stockée dans la salle des compteurs.

 

Posté par TIMKIT à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2017

OPÉRATION "TIREBOUCHONS" SUR LE RÉSEAU DES EAUX USÉES DU MAS

VOTRE CONSEIL SYNDICAL VOUS TRANSMET LE COMPTE RENDU DE JACQUES, DAVID ET PHILIPPE (AVEC PHOTOS DE LAURENT).

Depuis quelques temps, les Locataires du lot 13 se plaignaient d'une mauvaise évacuation de leur bac à douches - Fin juillet, David passe le furet puis le tuyau de PE (polyéthylène) dans la canalisation concernée mais bute au fond sur un regard ou un coude.

Le 7 août, Philippe dégage la végétation dans l'angle côté Nord, puis aidé par David et Jacques avec des plans d'archives, le regard "eaux usées" est localisé : une énorme queue de renard obstruait la sortie salle de bains Lot 13. Après vérification de tous les regards côté Nord, nous attaquons un autre gros problème.
En effet, depuis un ou deux ans, on entend couler par intermittence, de l'eau dans le puits n° 4 (derrière le tombeau) même s'il ne pleut pas !!..... or il est censé ne recueillir que des eaux pluviales ... en déduction, un surplus d'eaux usées, provoqué par des bouchons, se déverse dans le pluvial soit par des regards souvent très près les uns des autres soit par des orifices mal venus (percement des tuyaux ou détérioration de raccords ?  bref.... l'énigme).

Les 11 et 12 août, gros chantier d'ouverture du réseau "eaux usées" depuis le haut du tunnel jusqu'au bac à graisse - plusieurs bouchons paralysent l'écoulement et il y a très peu de regards de visite - obligation de pratiquer une petite "fenêtre " sur le tuyau en éverite, au bas du tunnel, ce qui a permis de débloquer la situation.
Nous avons repéré un emplacement pour un futur regard, juste avant le passage puits 4 et lot 10.
Après rinçage en faisant couler abondamment éviers et baignoires des lots présents (7, 8, 10 et 11), nous rebouchons toutes les tranchées et Font-Couverte, champ de batailles, retrouve son aspect habituel.

Le 15 août, Philippe nous annonce que de l'eau coule de nouveau dans le puits n°4 !!!!!!   Un peu dépités, les mêmes ré-ouvrent deux regards stratégiques : furet, rinçage, tuyau de PE, rinçage de nouveau avec les lots présents (8, 9, 10, 11 - pour le 7 eau de la n°2 dans le regard sous la cuisine) et effectivement quelques bouchons résiduels faisaient encore de la résistance !

TOUT semble rentrer dans l'ordre mais jusqu'à quand ?  Soyons optimistes....3 ou 4 ans avec des contrôles réguliers - Foncou n'est pas un long  fleuve tranquille.......

Un grand merci à tous les intervenants, à savoir David CARAYON, Philippe de MONDENARD, Slavan JURISSIC, Laurent et Jacques PEGAS, Julien SANCHEZ (compagnon d'Estelle) et Tanguy de SAINT-ROMAIN (ami d'Anne-laure), avec le soutien moral d'Anne-Marie et d'Hélène.

FC, à la mi-aout 2017, David, Jacques et Philippe

Photos du 12 aout 2017, numéros 1 et 2:

IMG_20170812_161027

 

IMG_20170812_161424

 

       

  

 

 

 

 

 

 

 

 Photos numéros 3 et 4:

IMG_20170812_150504

 

IMG_20170812_150717

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 Photos numéros 5 et 6

IMG_20170812_153325

 

IMG_20170812_153413

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos numéro 7 et 8  

P1110884

IMG_20170812_161041   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceux qui connaissent les légendes des photos 1 à 7 peuvent les ajouter dans la partie "commentaires" ci-dessous.

Pour la photo n°8, il s'agit des crocus jaunes qui fleurissent début septembre en surface malgré la sécheresse. 

Le Conseil syndical salue la disponibilité des présents qui ont participé à cette opération entièrement bénévole. Il pourra être proposé d'autres activités bénévoles afin d'alléger le budget entretien du Mas.

 

09 septembre 2017

RENÉE CARAYON ET L'HÔPITAL DE L'ENCIZE À BARON

Chantal-Bejuit-guideIl y a quelques jours en juillet, une journée du patrimoine de la commune de Baron a été organisée. Le titre en était "HISTOIRE DE CLOCHERS À BARON".  Le MidiLibre en a fait un reportage avec photos. La visite guidée par Chantal BIJUIT (photo ci-contre) comprenait plusieurs sites visibles: la tour du chateau d'eau, l'ancienne église catholique démolie, les clochers du temple protestant et de l'ancienne école publique et laïque.

Mais il a été question aussi d'une église aujourd'hui invisible au Col de la Madeleine, appelé autrefois l'Encise (passage taillé dans la roche par les romains). C'était l'église Sainte-Madeleine de l'Encise proche de l'Hôpital des Pauvres de l'Encize. Il n'en reste plus rien depuis longtemps  sinon un vestige de mur.

Renée-Carayon-NimesMais beaucoup ignorent ou oublient de dire que c'est Renée Carayon (auteure aussi de L'Arque de Baron, Ed Lacour, Nîmes 1988) qui dans un article de 1979 a révélé aux historiens de l'Uzège l'existence dans un lointain passé d'un hôpital des pauvres qui se trouvait autrefois entre Fontcouverte et le col.

C'est en partie grâce à une "histoire de clocher" mais plus exactement de frontières, entre les communes de Baron et de Saint-Maurice de Cazevieille et aussi aux archives familiales des "Evesque de Fontcouverte" que Renée Carayon a pu rechercher et trouver dans les archives du Grand prieuré de Saint-Gilles les documents attestant l'ancienne existence d'un Hospital des pauvres sur le territoire de Baron. Le blog "Vive Fontcouverte" est heureux de partager cet article de Renée Carayon en le publiant ci-dessous assorti d'autres données historiques. Neuf ans plus tard, avançant dans ses recherches, Renée Carayon (photo ci-dessus) apportera quelques précisions supplémentaires dans son livre le plus connu: l'Arque de Baron (pp.63-66).

L’histoire ensevelie de l’Hôpital de l’Encise en Uzège

Renée Carayon

Revue Les cahiers du Gard Rhodanien, n°16, 4e année; 4e trimestre 1979 pp 381-6

L’Hospital de l’Encize ressurgit du passé quelques huit siècles  après avoir dominé la route d’Alès à Uzès, au passage du col de La Madeleine. Un vieux mur éboulé en est le dernier vestige, mais venant de textes anciens  qui le mentionnent, le témoignage de son existence, de la fin du XIIIe  au milieu du XVe siècle traverse le temps sans laisser de doute. Son appellation “Hospital des pauvres de l’Encise” paraît surprenante dans cette région boisée, éloignée de toutes agglomerations importantes.

Des questions se posent: Que représentait un Hospital des pauvres à cette époque, et quelle a pu être son histoire en ces lieux ?

Le Moyen Age chrétien a vu l’essor de ces établissements appelés “hospitale” dès le IXe siècle. Les preceptes de charité de l’Évangile poussèrent à la fondation de ces asiles un grand nombre de croyants, le plus souvent des évêques par devoir épiscopal. Écclésiastiques, seigneurs, confréries et laics comptaient par ce biais gagner le ciel et sauver leurs âmes.  Par la suite, les communautés d’habitants, paroisses et communes, portèrent assistance à leurs ressortissants en fondant, eux aussi, des établissements d’accueil.

Les fondations d’Hospital se multiplièrent dès le Vie et le VIIe siècle.  Quitte à rétrograder aux temps de misère ou d’invasion. Au XIe siècle, on en voit la reprise…et le XIe siècle sera une période de floraison qui se poursuivra jusqu’au XIIIe siècle. Au milieu du XIVe siècle, l’activité hospitalière semble se ralentir, sans doute parce que la Guerre de Cent Ans diminue ses ressources, et aussi parce que les pélerinages se font moins souvent qu’autrefois. Il en sera de même dans les campagnes au cours du XVe siècle, faute de subsides, au contraire des hôpitaux des villes qui s’imposeront.

Les témoignages écrits sur l’existence de l’Hospital de l’Ensise proviennent d’une longue histoire de désaccords et de procès entre les deux communes de Saint-Maurice de Cazevieille et de Baron, dont les éclats rejaillissent au long de sept siècles !

Confrontation au sujet des limites respectives des deux localités.  L’Hospital est un point de repère entre les deux territoires, comme l’indique une première fois une transaction du 7 mars 1274, puis une sentence arbitrale du 26 septembre 1439: “jusqu’au chemin  d’Alais  qui passe au-dessous et tout près  de l’Hospital”.

Une expertise de juin 1736 situe le point limite “au lieu où était autrefois l’Hospital d’un côté et l’église d’Ancise de l’autre, sur le chemin d’Alès à Uzès qu’on nous a dit s’appeler aujourd’hui la Magdeleine, entre  la montagne d’Aigueblenque et celle de Saint-Jean où commence par ce côté la juridiction de Saint-Maurice.”

Le procès du XIXe siècle entre les deux communes qui s’étira de 1837 à 1839 reprend les textes anciens, et fixe définitivement les limites actuelles.

L’examen de la carte d’état-major montre que le tracé de la commune de Saint-Maurice qui vient , en un long angle aigu, toucher la route d’Alais à Uzès, ne s’explique que par l’existence  de l’Hospital de l’Encise dépendant du territoire de cette commune, juste à cet endroit là.

Avant le col de la Madeleine, jouxtant le bois de Saint-Jean de Ceyrargues, l’emplacement ne parait pas convenir à l’assise de bâtiments importants:

On retrouve des vestiges d’un vieux mur qui semble border la route mais qui, à regarder mieux, lui est perpendiculaire. Il est certain que la route a été considérablement élargie, et a empiété sur l’emplacement de l’hospital.

Le vieil Hubert, né vers 1875,  se rappelait avoir vu là les ruines d’un bâtiment.

Ainsi pendant trois siècles, l’Hospital de l’Encise se dressait, à l’entrée du col de La Madeleine, au dessus de la route.

Nous ne savons rien de sa fondation, et si elle a été de beaucoup antérieure  à 1274.

Au cours du XIVe siècle, un précieux témoignage de son histoire nous parvient avec trois lettres pontificales du Pape Clément VI qui était alors Pape en Avignon: d’aoùt 1342 à novembre 1343, il apparaît que l’évêque de Maguelonne, se disant chargé de l’administration des hôpitaux de cette région, nomme Pierre de Belloc comme directeur de l’Hospital des pauvres de l’Encise, après avoir destitué le precedent directeur laic. Il charge l’évêque d’Uzès de s’occuper de l’installation. Celui-ci refuse d’obtempérer puisque plus d’un an après, l’évêque de Maguelone réitère son mandat.

Nous ne connaissons pas la suite de l’affaire, mais le refus de l’évêque d’Uzès n’est pas pour étonner; il est seigneur puissant dans l’Uzège et l’ingérence de l’évêque de Maguelonne n’est pas faite pour lui convenir.

Des archives du prieuré de Saint-Gilles nous parviennent d’autres renseignements concernant la propriété foncière de l’Hospital de l’Encise En effet la commanderie de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem installée à Saint-Maurice de Cazevieille, donne à cultiver ses terres aux paysans du lieu, en exigeant en retour le droit de censive. Les reconnaissances des terres de la Commanderie qui nous sont parvenues, précisent leurs emplacements. Elles sont voisines bien souvent de celles de l’hospital de l’Encise.

Aucune autre indication ne parvient à notre connaissance, concernant l’Histtoire de l’Hospital de l’Encise.  Nous savons seulement qu’au XVIIIe siècle, les bâtiments étaient abandonnés.

Il nous reste à situer l’Hospital de l’Encise dans son environnement à l’époque de son activité:

Entre Alais et Uzès, il était situé sur la route des voyageurs qui descendaient du Massif Central et se dirigeaient vers la cité papale d’Avignon, ou vers Nîmes, Saint-Gilles, et par le port d’Aigues-Mortes atteignaient la mer.

En sens inverse les voyageurs venant du littoral pouvaient gagner par Alais et les Cévennes les lieux saints du Puy en Velay.

L’encise du col était étroite et sauvage, un vrai coupe-gorge. Après la longue montée entre les bois d’Euzet, il était rassurant de trouver là un gite accueillant.

Devant l’Hospital la route traversait à travers champs, vers les jardins de Fontcouverte qui fermaient l’horizon. Vers la droite, les bois de l’Arque sont dominés par le chateau fort de Baron, avant-bastion de la Cité d’Uzès, qui apparait tout juste.

Mais tout de suite devant l’Hospital, un chemin coupe la route, voie d’accès vers les endroits habités les plus proches: Bézuc et Probiac, Malens et Saint-Maurice.

À gauche, vers le nord-est, c’est le terroir de Baron dépendant d’Uzès. Le chemin longe le bois d’Aigueblanque et passe à quarante metres à peine de l’Hospital, devant l’église de La Madeleine de l’Encise et son monastère.

Le monastère de Sainte-Madeleine de l'Encise

L'historien Goiffon cite des titres du XVIIIe siècle qui mentionnent le monastère. C’est, nous le pensons, une collégiale de l’église Saint-Etienne d’Uzès. Dédiée à Sainte-Madeleine, elle a donné son nom au col. Proche voisine de l’Hospital, elle devait le desservir en assurant les services religieux.

Ce vocable de Sainte-Madeleine, donné bien souvent à des maladreries (comme à Saint-Omer, à Saint-Gilles,…) nous incite à penser que le monastère de l’Encise pouvait accueillir les lépreux. Sa situation, en dehors de toute agglomération, à l’entrée de la sauvage Combe du coutel, était favorable à l’isolement des malades. D’ailleurs les léproseries étaient en nombre considerable au début du XIIIe siècle, jusqu’au milieu du XIVe siècle.

Actuellement il ne reste en surface que quelques débris de tuiles et de vases.

Le chemin qui desservait l’église se dirigeait ensuite vers Bezuc, l’ancienne bourgade gallo-romaine, le Besuco-vico mérovingien. Ce hameau avait un certain renom à l’époque qui nous intéresse, venant de la notoriété d’une famille originaire du lieu. Du XIIIe au XIVe siècles, les sieurs de Bézuc ont leur nom qui apparait au bas d’actes publics comme témoins. L’un était prudhomme, l’autre notaire à Alais.

De Bézuc, suivant la montagne de Dève jusqu’à Tardre, le chemin atteignait Probiac, l’ancien Baron, bâti dans le voisinage de l’oppidum de Brugetia (Brueys), lieu de refuge depuis les temps les plus reculés.

Le site de Probiac est actuellement déserté et l’emplacement de l’ancienne église Saint-Baudile de Probiac, mentionnée du XIIIe au XVIIe siècle n’est même pas connu.

À nouveau, devant l’Hospital, prenons cette fois la direction sud-ouest: le chemin borde le bois de Saint-Jean de Ceyrargues (Mont Redon), pénètre dans le territoire de Saint-Maurice. Il passe par Malens, ou Marin, où s’élevait autrefois une villa gallo-romaine, lieu encore habité au Moyen Age. De là on gagne le village de Saint-Maurice de Cazevieille, fièrement dominé par le château de la Commanderie de saint-Jean de Jérusalem.

Il faut noter que par la configuration du pays, l’Hospital voisin de l’église Sainte-Madeleine de l’Encise est placé du côté de Bezuc, distant de 1km environ et de Probiac à 3 km. Malens et Saint-Maurice sont d’un autre versant et moins directs: Saint-Maurice est à 4 kms environ de l’Hospital

L’Hospital des pauvres de l’Encise, gardien du col de La Madeleine, se trouvait ainsi placé au centre d’un petit pays partagé entre deux communautés rivales. Tourné vers l’Uzège, il a pendant trois siècles à travers une histoire mouvementée, maintenu sa place et assuré son role d’accueil et d’assistance.

Renée Carayon

Note :  L'hypothèse d'un hospital des pauvres utilisé comme hospital des lépreux est hasardeuse. Le vocable de Sainte-Madeleine n'est pas réservé exclusivement aux lépreux. C'est aussi la patronne des vignerons (qui sont nombreux dans la région) et d'autres professions comme les jardiniers, une spécialité ancienne à Fontcouverte attestée dès l'époque gallo-romaine.

L'autorité de l'évêque s’exerce sur toutes les fondations hospitalières de son diocèse. Les ressources hospitalières dépendent de la charité des donateurs sous forme de dons, de legs, de rentes. La fondation d’un hôpital est un acte de piété, le bâtiment est soit légué par le donateur (un indivdu ou une collectivité), soit construit pour loger et nourrir les pauvres du Christ (qui sont parfois aussi des pélerins). Dans le cas  de l'Encize, l'initiative de la donation provenait probablement soit de Bézuc, soit de Saint-Maurice et de sa Commanderie de St Jean. Dans un "Hospital de pauvres" à cette époque on trouve généralement un Recteur ou son représentant et un ou deux frères ou une ou deux soeurs pour 3 à 25 lits; il est douteux que un ou deux moines aient fait un monastère.

Quelques éléments complémentaires issus des recherches de Michel de Mondenard:

La verrerie de l'Encise et les verriers de Fontcouverte

Verriers-Saint-Quirin-Azemar-Clauzel-Bertin-AigaliersLes premières verreries apparurent en Languedoc dès 1290, mais c'est seulement à partir d'un édit de Charles VII en 1445 que les conditions accordées aux verriers   leurs permirent d'étendre leurs activités. Ils faisaient partie de la noblesse. Leurs noms et leurs blasons montrent qu'ils ne furent pas nombreux.

1 - Le 4 avril 1464,  noble Jean de Bertin du mas de Triadou, vend à son beau-frère, noble Gaucelin de Cluzel (ou Clauzel) son mas vulgairement appelé “Mas de l’hospital de L’Encize”. Ce mas est sis dans la paroisse de Baron aux environs de Bezuc, en direction d’Euzet sur le territoire de la seigneurie de Fontcouverte. Ce Gaucelin habitait en 1464 Villevieille, près de Sommières (verrerie de Montredon).  (archives de l’Hérault, série G, Marchand notaire, 1464, f°104)

Ce document notarié confirme que l’Hopital de l’Encise (ou ses ruines) était voisin d’un mas dédié à la fabrication de verres.  Il est notable que la verrerie de Jean de Bertin s’appelait : verrerie de Montredon, alors que le Mont Redon domine le côté sud du Col de La Madeleine. Comme si les Bertin avaient donné à leur verrerie le nom de la forêt dont ils tiraient les bois de chauffe pour fabriquer leurs objets en verre.

2 – Un siècle plus tard une verrerie existe toujours, elle s'est déplacée plus près de Fontcouverte et de Bézuc à "Roches blondes" et elle appartient au sieur Pierre Azemar, Le 15 septembre 1545 Jean Dance marchand de Nîmes a vendu à Pierre Azemar, verrier de la verrerie de Fontcouverte, au diocèse d’Uzès, 25 quintaux de soude, “faisant verre” à 2 livres 13 sols le quintal. Il doit lui livrer 4 quintaux par mois. Le sieur Azemar lui en paiera le prix en verres.

Le 2 septembre 1546, le même Jean Dance s’engage à livrer à noble Pierre Azemar, verrier de Fontcouverte 25 quintaux de soude bonne et marchande à 2 livres 10 sols le quintal. Les livraisons sont faites mensuellement  mais cette fois à Nîmes. C'est le verrier qui assure le transport.

Pierre Azemar possédait une maison sur le territoire de Saint-Etienne de Lolm, il figure dans un acte sous le nom de "noble Pierre Azémar de Vallongue, dit Colobrines". il est frère de Thomas Adhémar qui a des terres à Saint-Hyppolite de Caton et des biens nobles à Saint-Jean de Ceyrargues sous le nom de Thomas de Vallongue. (Arch. du Gard C 1315 et C 1316). On remarque que le patronyme est fluctuant, alors que le nom de la seigneurie est le même.

Ce Pierre Azemar de Cazevieille maria son fils Anglès Azemar en 1477. La famille Azemar s'étendait  surtout sur Saint-Maurice et Euzet, elle y possèda aussi la verrerie du Colombier. Ils s'appelèrent longtemps noble d'Azemar de Cazevieille, puis changèrent leur nom en d'Adhemar, mais il s'agit de la même famille. Ils étaient des amis des Évesque de la Forge de Fontcouverte de générations en générations (Voir le livre Evesque de Fontcouverte de Renée Carayon). Noble Pierre de Brueys devient seigneur de Fontcouverte le 24 décembre 1513. On aura remarqué que ce changement de seigneur a provoqué le changement de nom de la verrerie et son déplacement: de "verrerie du Mas de l'Hopital de l'Encize" en 1464 elle est devenue "verrerie de Fontcouverte" avant 1545. Bien plus tard en 1724, les Azemar qui avaient créé une verrerie en Normandie cessèrent définitivement leur activité. Les verreries n'étaient en exploitation qu'une partie de l'année, en Languedoc la période durait 6 mois et demi de novembre à mai.

3 - Après la Révocation de l’Edit de Nantes, une assemblée clandestine de protestants a lieu tout près du col de La Madeleine à “La Verrière” entre le col et Bézuc sur l'ancien site de la verrerie, c'est à dire au bord même du chemin. La terre où la verrerie a fonctionné était encore au début du XXe siècle toujours impropre à toute culture, conséquence de l’utilisation massive de soude (cf Saint-Quirin - Verreries du Languedoc). D'autres cas d'assemblées clandestines "au désert" se produisirent sur d'anciens sites de verreries. Une nouvelle assemblée eut lieu près de La Madeleine dans le site tout proche mais plus reculé et caché de “la Combe du Coutel”. Les Dragons du Roi ayant appris la tenue de ce culte protestant clandestin, s'y portèrent par surprise et reçurent l'ordre de tirer sur l'assemblée. Ils y firent de nombreux morts et blessés dans la nuit du 6 au 7 juillet 1686. Le chiffre de 600 personnes "restées sur le carreau" a été rapporté. Les deux prédicants: étaient Pierre Faucher de Sommières et Antoine Rocher de Barre. Il y eut d'autres verreries sur le terroir de Baron, mais sans que des documents nous permettent de dire qu'elles furent le lieu d'assemblées, excepté celle de l'Arque en 1701, réprimée tragiquement aussi.

Nous ne savons pas quand l'Hospital des pauvres a cessé son activité et quand la verrerie de l'Encise-Fontcouverte a commencé son exploitation.

08 juillet 2017

communiqué du 8 juillet 2017

Chers Copropriétaires de FC,

Le Conseil Syndical a pris acte de la décision d'Hélène de démissionner de sa fonction de Présidente tout en restant simple membre. Afin de de ne pas laisser la Présidence vacante, les 3 membres du Conseil ont voté à l'unanimité pour que Jean-Charles soit Président du CS jusqu'à la prochaine Assemblée Générale.

Nous remercions les copriétaires pour leur compréhension.

Cordialement à tous

Pour le CS,

J.Charles Bessou

Posté par TIMKIT à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]